2e Prix Terre de Femmes 2015

Nadège Quintallet a déjà contribué à former 17 femmes à la construction de leur propre maison à l’aide de briques de terre crue.

Nadège Quintallet, vient de remporter le 2e Prix Terre de Femmes 2015 de la Fondation Yves Rocher. Cette distinction récompense son implication dans la mise en œuvre d’un programme d’habitation pour les familles installées dans le bidonville de Pantanal au Nicaragua, projet pour lequel elle a été missionné par l’association Habitat Cité. En trois ans, Nadège a déjà contribué à former 17 femmes à la construction de leur propre maison à l’aide de briques de terre crue.

https://lnkd.in/dx9jRBM

Nadège se tourne vers le « beau ». Elle étudie à l’Ecole Supérieure des Beaux Arts du Mans. Elle se tourne vers l’architecture, puis l’architecture de terre. « J’ai découvert cette spécialité par hasard lors d’un voyage étudiant au Pérou. J’ai compris que l’on pouvait construire des maisons avec ce que l’on a sous les pieds. On peut faire du beau et du fiable avec de la terre. »

Recyclables, conformes aux normes antisismiques, pas chères, les briques de terre crue sont écologiques. Elles maintiennent naturellement la fraicheur à l’intérieur. Elles sont entièrement biodégradables et sèchent à l’air libre. Nadège est convaincue de l’intérêt de cette matière première. En 2011, la jeune femme est missionnée par l’association Habitat Cité pour étudier la faisabilité d’un programme d’habitation pour les nombreuses familles installées dans le bidonville de Pantanal au Nicaragua. En trois ans, Nadège a déjà contribué à former près de 17 femmes à la construction de leur propre maison. « La plupart de ces femmes sont seules avec des enfants. Elles n’ont pas de maris, n’ont aucune ressource et survivent dans la rue avec comme unique protection des bâches en plastique. Elles sont, avec leurs enfants, très exposées aux violences, aux vols et aux maladies. En aidant une femme à se loger, on lui permet de retrouver un peu de dignité de relever la tête et de mettre à l’abri toute sa famille. »

Et surtout, au fur et à mesure des constructions « le beau » si cher à Nadège se répand au cœur du bidonville. Les petites maisons en dur, construites par ses femmes, s’égayent de fleurs, de décorations colorées. Les femmes commencent à cultiver des petits potagers pour améliorer le quotidien. Mais surtout, avec un toit sur la tête, elles peuvent commencer à démarrer des petites activités économiques. « J’ai signé pour une année de plus sur le terrain. Je ne me lasse pas de me balader dans le bidonville et de voir toutes ces femmes s’approprier leur maison. Elles sont tellement fières de nous inviter et nous faire entrer chez elles. Elles font leur ménage, arrosent les plantes. Les enfants sont heureux. C’est beau ! »

Maison du Parc naturel régional Livradois-Forez – 63880 Saint-Gervais-sous-Meymont – 04 73 95 57 57